En 2018, 142 000 personnes sont décédées de la rougeole dans le monde, selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des autorités sanitaires américaines (Centers for Diseases Control and Prevention), rendu public le 5 décembre. Il s’agit d’un « scandale » et d’un« échec collectif », a déploré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, son directeur général.

Des décès en hausse de 15 % par rapport à 2017

Si le nombre de décès en 2018 est quatre fois moins important qu’en 2000, il est en hausse de 15 % par rapport à 2017. La plupart des décès sont constatés chez des enfants de moins de 5 ans, plus exposés à des complications comme la pneumonie et l’encéphalite. Le virus entraîne « des effets à long terme sur la santé », rappelle l’OMS, et notamment une « amnésie immunitaire » et ainsi une vulnérabilité à d’autres maladies (grippe ou diarrhée sévère par exemple).

Cette hausse des décès s’inscrit dans un contexte d’explosion du nombre de cas de rougeole, « avec des épidémies dans toutes les régions », s’alarme l’OMS. En 2018, cinq pays, avec les taux d’incidence de la rougeole les plus élevés, concentraient la moitié des cas : le Liberia, Madagascar, la République démocratique du Congo (RDC), la Somalie et l’Ukraine. Mais une résurgence est constatée ailleurs. Aux États-Unis, le nombre de cas enregistrés est le plus important depuis 25 ans. En Europe, des pays où la rougeole avait été déclarée éliminée constatent un retour des transmissions : c’est le cas en Albanie, en Grèce, au Royaume-Uni et en Tchéquie.

Une couverture vaccinale insuffisante

Le recul de la vaccination est la principale cause de cette résurgence. Le taux de vaccination est en stagnation « partout depuis près d’une décennie », observe l’OMS. Selon les estimations de l’institution et de l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), 86 % des enfants dans le monde ont reçu la première dose du vaccin contre la rougeole 2018, mais moins de 70 % ont reçu la deuxième dose recommandée. La couverture vaccinale apparaît donc insuffisante pour prévenir les épidémies. Il faudrait une couverture de 95 % avec les deux doses pour y parvenir.

Outre la vaccination, la prise en charge et le traitement rapide des cas de rougeole sont des mesures indispensables pour lutter contre l’épidémie et réduire le nombre de décès. « Si l’hésitation et la baisse de la vigilance sont des défis à relever, les plus grandes épidémies de rougeole ont frappé des pays où les systèmes de vaccination systématique et de santé sont faibles. Nous devons faire mieux pour atteindre les plus vulnérables », a commenté le Dr Seth Berkley, PDG de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination.